top of page

Alimenterre 2023 : une enquête sur les dérives de l'agriculture industrielle

Ne plus gaspiller. Ne plus maltraiter nos terres. Pour en faire prendre conscience, plusieurs organismes ont créé le Festival alimenterre. Il est de retour depuis le 15 octobre jusqu’au 30 novembre. « A l’occasion de son édition 2023 le Festival, soutenu par des centaines d'acteurs engagés à travers la France et dans plus d’une douzaine de pays, proposera neuf films percutants qui font naître les débats et les réflexions sur nos systèmes alimentaires et leurs conséquences à l'échelle mondiale », explique les organisateurs.


Les départements de la Vienne et de l’Indre y participent en proposant des projections.

- Vendredi 3 novembre à Chabris (36), le film Partir à l’aventure

- Jeudi 9 novembre à Chauvigny (86), le film L’Afrique, les OGM et Bill Gates

- Mercredi 15 novembre à Chauvigny (86), le film Tu nourriras le monde

- Jeudi 23 novembre à Chauvigny (86), le film La fraise gourmande


Cette année, le festival s’oriente sur un débat autour des pesticides. Quels sont les dangers des pesticides pour ceux qui les consomment, ceux qui vivent dans les zones où ils sont utilisés et ceux qui les manipulent ? Comment sortir d’un modèle agricole qui rend leur interdiction difficile ? De quelles manières la société civile peut-elle se mobiliser et influer sur les évolutions et comment s’organise-t-elle déjà ? Tant de questions qui sont encore sans réponses mais que les films présentés vous invitent à penser.




La programmation

Au programme de ce festival on y retrouve 9 documentaires : un court métrage, cinq moyens et trois longs. Celui intitulé Côte d’Ivoire : toxique Afrique d’une durée de vingt-quatre minutes. Dans un pays dont l’économie repose fortement sur l’exploitation du cacao et où les normes sanitaires sont difficiles à respecter, comment peut-on continuer à produire ? Le documentaire nous plonge au cœur du quotidien des agriculteurs qui doivent vivre de l’utilisation massive de pesticides. On y découvre également que des alternatives sont possibles et méritent d’être soutenues.


Du béton sur nos courgettes est un documentaire d’une cinquantaine de minutes. En France et dans de nombreux endroits du monde, les sols cultivés perdent du terrain à mesure que la spéculation foncière en gagne. Mais cela n’est pas du goût de tout le monde ! Le documentaire retrace le parcours de celles et ceux qui, dans les Alpes Maritimes, refusent de voir des immeubles pousser dans leurs champs.



L'Afrique, les OGM et Bill Gates dure une cinquantaine de minutes. Jusqu’à quel point des intentions qui pourraient sembler nobles peuvent-elles justifier des actions intéressées ? Le documentaire nous mène en eaux troubles, à la croisée du philanthrocapitalisme, des financements européens et de différentes expérimentations menées sans contrôle en Afrique. Manioc, maïs et même moustiques génétiquement modifiés, pourquoi faire là-bas ce qu’il n’est pas permis de faire ici ?


La révolution verte, Europe, un continent bouleversé est un reportage d’une cinquantaine de minutes. Comment nourrir de façon responsable plus de 500 millions d’européens ? C’est la question essentielle à laquelle se propose de répondre Andréas Pichler. De l’agroécologie à la viande in vitro, du Portugal aux Balkans, le documentaire propose un tour d’Europe des obstacles, mais aussi des solutions envisagées pour remplir l’assiette des consommateurs mais aussi celle des petits producteurs européens.


Les agités du Bocage, un documentaire d’une cinquantaine de minutes. Des citoyens engagés, des agriculteurs bio et des maires de communes rurales peuvent-ils se défendre contre des grands industriels de l’agriculture ? Dans le sud avesnois, les agités du bocage résistent encore et toujours au modèle intensif d’agriculture, ici représenté par la culture de la pomme de terre et son usage particulièrement de pesticides…


Les fourmis et la sauterelle est un long métrage de soixante-quatorze minutes. Urgence : la planète brûle et la terre s'assèche. Les pratiques d'une minorité impactent durement le reste de la planète. Et si une agricultrice du Malawi avait la capacité de convaincre le monde agricole, un des secteurs les plus émetteurs de CO2, de changer ses pratiques ? C'est le défi que s'est lancé Anita Chitaya dans ce documentaire en partant à la rencontre des acteurs agricoles américains pour les sensibiliser aux dérèglement climatique et aux impacts de leurs modes de production en Afrique et dans le reste du monde.



Partir à l'aventure. Récits de parcours migratoires en contextes agricoles est un long métrage de soixante-six minutes. Pour rester viable, l’agriculture productiviste du Nord emploie de la main-d’œuvre du Sud, mais comment vivent ces migrants saisonniers ? Quels sont leurs parcours ? C’est ce que nous propose de découvrir les réalisatrices de Partir à l’aventure, au travers de récits collectés en France, au Maroc et en Côte d’Ivoire. Les témoignages sont aussi didactiques que bouleversants.


Tu nourriras le monde est le plus long documentaire de la sélection de 2023. Ce documentaire retrace l'histoire agricole d'une région céréalière française où se pratique une agriculture particulièrement intensive, la Champagne crayeuse. Pour comprendre les origines des crises sociales et environnementales auxquelles les campagnes de cette région sont aujourd'hui confrontées, les réalisateurs nous emmènent à la rencontre de ses céréaliers. À travers le récit de leurs histoires personnelles, peu à peu se reconstruit le fil des politiques agricoles des 70 dernières années, et leur impact sur nos campagnes.



ZUT - Zones urgentes à transformer, un documentaire d’une cinquantaine de minutes. David, armé de courage et d’un mégaphone, peut-il vaincre Goliath, protégé par les institutions européennes ? C’est en tout cas le pari de Marie-Thérèse et Christian, les protagonistes de ZUT. Pour lutter contre l’exposition aux pesticides, les ZUTistes ne reculeront pas. Au travers de leur combat, on se rendra vite compte de l’étendue de la dépendance à ces produits dans laquelle un certain modèle d’agriculture s’est enfermé, ainsi que de la volonté d’en sortir qui anime de nombreux citoyens.



27 vues0 commentaire

Comments


bottom of page